L’étranger, un fil rouge

« La découverte de parcours de vie, l’évolution des jeunes accompagnés, leur force de vie, leur résistance, leur volonté de réussir, leur réussite bousculent notre quotidien. Ils nous apportent beaucoup de plaisir, de surprises et de force. » (Charles George)

Depuis une dizaine d’années, l’Eglise Protestante Unie de Nîmes porte l’engagement de l’accueil de l’étranger. Cet engagement est né en 2008 par un accueil spontané de migrants venus avec le « train de la honte » du Centre de rétention administratif à Vincennes, transférés au centre de rétention administratif à Nîmes puis remis en liberté dans la ville. De cet accueil en nombre est né l’engagement dans la durée pour un petit nombre de migrants.

Ces personnes sont hébergées dans les locaux de la paroisse de la Fraternité, accompagnées en collaboration avec des associations partenaires dans leurs démarches juridiques et administratives, dans la recherche de formation mais aussi dans leur vie quotidienne pour l’accès à l’aide alimentaire, aux soins, au vestiaire…Elles peuvent également participer aux cours de FLE (français langue étrangère), aux ateliers cuisine, et à d’autres activités qui se déroulent sur place.  Des temps festifs permettent à tous de partager des moments de convivialité.

« Dans la Bible, l’appel à accueillir l’étranger est au cœur du message.  C’est comme un fil rouge, ça revient éternellement » explique l’actuelle pasteure, Iris REUTER. « L’évangile, c’est un décentrement par rapport à l’autre.  L’autre par excellence c’est l’étranger.  Donc, c’est l’autre avec le parcours qu’il a, avec les barrières culturelles, l’impossibilité de communiquer, que nous devons accueillir et accompagner».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *