Baptême

POURQUOI ? / POUR QUOI ?

« Nous aimons Dieu parce qu’il nous a aimés le premier » (I Jean 4, 19)

Cette parole est souvent prononcée lors du baptême. Elle est vraie pour tout chrétien ou apprenti chrétien, non seulement au jour de son baptême, mais tous les jours de sa vie.

Le geste et la parole

Le baptême est un sacrement, institué par Jésus. Il associe un geste et une parole, qui disent l’amour de Dieu. En versant un peu d’eau sur la tête de la personne baptisée et en prononçant la parole « Je te baptise au nom du Père, du fils et du Saint Esprit », le pasteur ou la pasteure se fait le porte-parole de cet amour, qui lui est donné.

L’eau est le signe d’une nouvelle naissance, une naissance spirituelle

La parole prononcée reprend l’invitation de Jésus à la fin de l’évangile de Matthieu : « Allez, de toutes les nations faites des disciples, en les baptisant au nom du Père, du fils et du Saint Esprit ».

Un enfant, tout enfant, est un cadeau de Dieu

Décider de faire baptiser son enfant, c’est reconnaître cette réalité, affirmer cette conviction : un enfant est un cadeau de Dieu. C’est aussi remercier Dieu pour ce cadeau.

« Jésus Christ est le Seigneur »

Demander le baptême pour soi-même, à l’âge adulte, c’est reconnaître que Dieu est entré dans sa vie, qu’il l’a transformée, qu’on veut lui donner une place. En disant face à la communauté rassemblée « Jésus Christ est le Seigneur », le baptisé ou la baptisée manifeste son désir de lui appartenir et de faire partie de son Église.

Lorsqu’on a été baptisé enfant, on peut renouveler à l’adolescence ou à l’âge adulte cette affirmation en son propre nom. C’est la confirmation du baptême.

Engagements

Lors de la cérémonie du baptême, la personne baptisée ou ses parents prennent des engagements. Le principal est de faire connaître Jésus Christ à son enfant ou d’apprendre soi-même à le connaître toujours mieux. L’instruction religieuse ou catéchisme, la lecture de la Bible, la participation au culte et à la Cène en sont les moyens et les lieux.

Ces engagements sont le signe de la foi, que celle-ci soit ferme ou hésitante. Ils marquent avant toute chose un désir d’aimer et de croire. Lors de la cérémonie une parole personnelle peut prolonger la déclaration de foi ou les engagements. Mais ce n’est pas obligatoire.

Les parrains et marraines sont les garants de ces engagements.

La communauté en est le témoin.

Communauté, liberté, universalité

La communauté chrétienne devient la « famille spirituelle » de la personne baptisée. On peut toujours quitter sa famille. Si on part et qu’on revient, on retrouvera sa place dans l’Église. Il n’y a pas de foi authentique sans liberté.

Si le baptême est célébré dans l’Église protestante unie de Nîmes, cette communauté locale sera pour la personne baptisée le premier visage de l’Église – bien plus vaste et sans frontières – de Jésus Christ : « L’Église protestante unie de France se comprend comme l’un des visages de l’Église universelle » (Déclaration de foi de l’EPUDF).

Ainsi le baptême chrétien est le même dans l’Église catholique romaine et dans L’Église protestante unie de France, au-delà d’un certain nombre de variantes dans sa forme. Il est reconnu d’une Église à l’autre.

 

EN PRATIQUE

Un baptême, ça se prépare

La demande de baptême part d’un mouvement du cœur, mouvement d’amour et de reconnaissance. Sa préparation est l’occasion de faire le point sur sa propre foi. Une ou plusieurs rencontres avec un pasteur ou une pasteure seront des moments précieux pour s’engager dans ce cheminement.

Prenez contact le plus tôt possible soit directement avec un pasteur ou une pasteure que vous connaissez, soit au Bureau de l’Église (04 66 67 37 14).

 

Bébé, enfant, adolescent ou adulte : tout est possible

L’Église accueille toutes les demandes, pourvu qu’elles viennent d’un désir sincère et conscient.

  • Pour un bébé, la conviction que « nous aimons Dieu parce qu’il nous a aimés le premier » est centrale.
  • Pour une personne adulte, c’est un engagement personnel, à la suite d’une rencontre qui a fait naître ou qui a fortifié en elle la foi.
  • Pour l’adolescent ou l’adolescente qui a suivi un parcours catéchétique, la demande du baptême ou de la confirmation du baptême en est l’aboutissement naturel. Toutefois cet âge est celui de profondes hésitations et le sacrement peut être reporté. Là encore, l’Église respecte la liberté.
  • Pour un jeune enfant, il peut y avoir une demande personnelle, dont les motifs ne sont pas toujours clairement définis, mais qui mérite d’être entendue. Il est possible d’inscrire le baptême dans le parcours de l’école biblique (7-11 ans) ?

Où et quand ?

Le baptême est célébré au cours d’un culte dominical. La communauté le vit avec la famille du baptisé ou de la baptisée et c’est pour elle aussi un moment fort. Il est donc important d’arriver à l’heure.

Il est préférable de prévoir le baptême dans l’Église locale de sa propre ville. Ainsi le lien avec la vie de l’Église se fera naturellement.

Si le baptême est célébré dans l’Église protestante unie de Nîmes, la date et le lieu doivent être prévus bien à l’avance avec le célébrant.