L’harmonium à la chapelle

Résurrection…au cimetière protestant
“Harmonium Mustel” est son nom. Il habite à la Chapelle du cimetière. Né au début du 20ème siècle , ce fidèle serviteur accompagne les familles endeuillées au cours des cérémonies qui font appel à lui. Les musiciens de l’Eglise protestante unie sont très attachés à lui. Son grand âge l’a amené à quelques soucis de santé et l’a conduit à passer sur la table d’opération en cet automne 2018 sous les mains de l’expert de l’atelier de l’Harmonium
Instrument à vent, à clavier et anches libres, “Harmonium Mustel” est un instrument de musique expressif, et a comme particularité d’être doté d’une facture de très grande qualité.

Le saviez-vous ?
L’harmonium est une invention française consacrée au facteur Alexandre Debain. L’harmonium a suscité, tout au long du 19 ème siècle jusqu’à la Première guerre mondiale un grand développement technique, un engouement musical et une considération artistique importants, et dont la production a été exportée dans le monde entier.
L’harmonium Mustel de la Chapelle du cimetière nous est parvenu sans avoir subi de transformation, il est le témoin authentique d’un savoir faire technique et artistique aujourd’hui disparu.
La conservation des harmoniums présente aujourd’hui un interêt patrimonial comme témoin de l’évolution des techniques et procédés de la facture instrumentale et de l’art du 19 ème et du début du 20 ème siècles. La production de Mustel fut de 2000 instruments « seulement » .
La restauration d’“Harmonium Mustel” a été réalisée dans les règles de l’art, respectant les techniques anciennes et l’emploi de colles d’os, de peaux d’agneau de très grande souplesse.
Le meuble a été réparé, il a bénéficié de nombreuses greffes de placage de Palissandre.
La soufflerie est entièrement restaurée avec des tissus de coton et de la peau d’agneau d’origine française, provenant d’une mégisserie Millavoise de renom.

Merci à la générosité des nombreux donateurs qui se sont mobilisés lors de l’appel lancé pour les travaux à effectuer au cimetière en 2017.
© credit photo : D.LECLERC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *