Parole Bleue 3-2021 : La chandeleur

Ah la France… quel pays de gourmands ! A peine la période des galettes ou couronnes des rois terminée, on retourne aux fourneaux pour faire sauter les crêpes à la Chandeleur, et pour les amateurs aussi quelques jours au-delà !

Mais savez-vous d’où vient cette coutume populaire de déguster des crêpes à la Chandeleur ? La plupart des gens ignorent le sens et l’origine de cette fête.

Comme de nombreuses fêtes populaires, la Chandeleur est une fête chrétienne qui puise ses traditions dans les rites celtes et latins qui l’ont précédé. Le 2 février est le 40ème jour après le 25 décembre, date à laquelle le christianisme a fixé la naissance de Jésus. Ce 40ème jour après sa naissance le nourrisson Jésus est présenté au temple de Jérusalem (Luc 2, 21-25). C’est à la fois une occasion de rendre grâce à Dieu pour la nouvelle vie et un moment de purification pour la femme accouchée, ce qui se reflète dans le judaïsme (voir Lévitique 12) et les traditions catholiques par les « relevailles » : cérémonie qui réintègre la jeune mère dans la vie communautaire 40 jours après la naissance. Cette période de 40 jours peut être lue sous deux angles : selon les lois rituelles juives, la mère est considérée comme impure à cause du flux du sang après l’accouchement. Elle reste donc confinée à la maison et ne peut se rendre au temple. Mais on peut lire cette période aussi comme une période de convalescence et protection de la jeune mère (en espérant que c’est le jeune père qui lave les couches du nouveau-né pour permettre à la mère de se reposer😊)

Bref, Marie et Joseph se sont donc rendus au temple pour présenter leur petit Jésus. Et c’est là qu’ils rencontrent Siméon, un homme ‘juste et pieux’ : dans un geste touchant, il prend le bébé dans les bras et bénit Dieu de lui avoir permis de rencontrer cet enfant en qui il reconnaît la ‘lumière des nations’ ou ‘lumière du monde’ (Luc 2, 25-32).

Alors, voyez-vous : on va de la « lumière des nations »  à la tradition d’allumer les bougies ou  de faire des processions avec des cierges allumés comme le faisaient autrefois les catholiques. On rajoute le mot latin pour le cierge ‘candela’ et on arrive au nom de la « Chandeleur ». Mais il manque encore à ce cocktail de traditions celle des Celtes et Romains, qui cherchaient à purifier la terre avant les semailles de l’hiver avec des processions nocturnes illuminées par les bougies.

Mais ça n’explique toujours pas, pourquoi on mange des crêpes à la Chandeleur. Auraient-elles été le goûter de Marie et Joseph à la sortie du temple ? Je ne le sais pas, mais fait est que ce repas succulent fusionne aussi plusieurs traditions, comme une bonne pâte à crêpes qu’il faut mélanger et laisser reposer ! Effectivement, déjà au 6ème siècle, le pape Gélase 1er faisait distribuer des crêpes aux pèlerins arrivants à Rome, mais plus loin dans l’histoire les Vestales, prêtresses romaines de la déesse Vesta faisaient l’offrande de gâteaux préparés avec le blé de l’ancienne récolte pour que la suivante soit bonne. Et ces crêpes rappellent par leur forme ronde et dorée le soleil, évoquant le retour du printemps après l’hiver – le 2 février il nous offre tous les jours 60 minutes plus de lumière qu’au moment du solstice d’hiver.

C’est vraiment étonnant, comment chaque élément de la fête de la Chandeleur se nourrit, se mêle et se superpose avec les traditions des religions et croyances antérieures.
Autrefois la religion chrétienne cherchait à imposer ses traditions dans un esprit de conquête pour remplacer les croyances antérieures. Aujourd’hui on peut affirmer paisiblement que notre foi n’a pas besoin de se sentir menacée dans son essence par la seule existence d’autres religions, croyances ou spiritualités.

C’est dans cet esprit qu’a été instaurée par l’ONU, l’organisation des Nations Unies, la Journée internationale de la Fraternité, pour la première fois ce 4 février 2021.
Les religions, relève l’ONU, « sensibilisent aux valeurs communes de tous les êtres humains et créent un environnement propice à la paix et à la compréhension entre tous et à tous les niveaux, local, national, régional et mondial ». (voir le texte ci-dessous).

Et, si pour se réjouir de cette Journée Internationale de la Fraternité, on mangeait une petite crêpe ou deux ?

Iris Reuter, 4 février 2021

 

4 février 2021. Reconnaissance internationale de la fraternité.

 

Le 15 décembre 2020, lors de la 75ème session de son assemblée générale, l’organisation des Nations Unies a officialisé la date du 4 février comme Journée Internationale de la Fraternité. (Il s’agit de la résolution de la 75ème session des Nations unies – Point 15 de l’ordre du jour – Culture de paix).

L’ONU souligne les efforts du Pape François et du grand imam de la mosquée Al Azhar du Caire, le Cheikh Al-Tayeb, dans la promotion du dialogue entre les religions et les cultures, marqués par la signature le 4 février 2019 du document sur « la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » à Abu Dhabi.

L’ONU indique que l’adoption du 4 février de chaque année comme « Journée internationale de la Fraternité humaine » s’inscrit dans « le cadre des politiques et résolutions de l’organisation internationale appelant au rapprochement des cultures, à la promotion d’une culture de la paix, au rejet de la violence et de la haine et à la croyance en la précieuse contribution du dialogue entre les différentes cultures ».

Les religions, relève l’ONU, « sensibilisent aux valeurs communes de tous les êtres humains et créent un environnement propice à la paix et à la compréhension entre tous et à tous les niveaux, local, national, régional et mondial ».

Dans cet esprit de connaissance mutuelle, de respect de la foi de chacun, de liberté de conscience et de solidarité, des hommes et des femmes de bonne volonté se rencontrent aussi dans le Gard ; afin d’affirmer que nous sommes toutes et tous membres de la grande famille humaine.

Parmi les signataires :

Jean-Paul Rychener diacre permanent, délégué diocésain à la relation avec les musulmans.
Serge Cauvas, prêtre à Nîmes, curé de Nîmes Sud membre du CIRN
Driss ElMoudni, président du conseil démartemental des Mosquées du Gard, membre du CIRN
Jean-Christophe Muller, pasteur de l’Eglise Protestante Unie de Nîmes, membre du CIRN